LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – 10

Rue Alfonse Briart

 PLAQUE_ALFONSE_BRIART

Cette rue honore la mémoire d’Alphonse Briart (père du Docteur Briart ), grand ingénieur et géologue chapellois. Il est né en 1825 et décédé en 1898. Avec son ami François L. CORNET, il est à l’origine de nombreuses publications géologiques et paléontologiques. Il a, entre autres, participé à l’élaboration de la carte géologique de Belgique.

Le 27 mai 1861, Alfonse Briart est le premier universitaire qui est entré au Conseil Communal. Il a été diplômé de l’École des Mines de MONS à 19 ans.

Cette rue porte son nom depuis 1893. M. Alphonse BRIART a donc vécu cet événement qui l’a honoré à l’époque où son fils (le Dr BRIART) avait 29 ans.

SITUATION GEOGRAPHIQUE :

À noter que les rues nommées en l’honneur du père et du  fils Briart, se rejoignent à hauteur de la place communale.

PLAN_ALFONSE_BRIART

Coordonnées Google map :

https://www.google.be/maps/place/Rue+Alphonse+Briart,+7160+Chapelle-lez-Herlaimont/@50.4724125,4.2823133,17z/data=!3m1!4b1!4m2!3m1!1s0x47c230e3a2d34a7d:0x638dfddf5d2e2de3?hl=fr

Lien internet:

Nous ne pouvons que conseiller la lecture de l’article, dont l’adresse internet figure ci-dessous. Il fournit de nombreuses informations biographiques ayant trait à ce grand géologue chapellois< ;

http://wiki.arts.kuleuven.be/wiki/index.php/Briart,_Alphonse_(1825-1896)

Pour la petite histoire :

En cette journée d’armistice, il faut savoir que le fils d’Alfonse Briart, soit le Dr Briart, a assumé la délicate fonction de Bourgmestre durant la seconde guerre mondiale. Cette fonction lui avait été confiée suite à la démission, puis au décès de son prédécesseur A. Robert.

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELLE-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com)
  • Internet

 

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – GODARVILLE – 9

 

Rue Louis de BROUCKÈRE.

 PLAQUE_RUE_DE_BROUCKERE

Elle unit la rue du Canal à la rue du Castia

Louis de Brouckère est un homme politique socialiste belge, né à Roulers le 31 mai 1870 et mort à Bruxelles le 4 juin 1951, fils de Gustave Adolphe Eugène Sylvain de Brouckère, « spinmeester » (tisserand), né en 1829 et décédé en 1887, et de Léonie Sylvie Tant (1839-1874).

Docteur en sciences, il milite dès son jeune âge dans les organisations socialistes. En 1898, il est condamné à six mois de prison pour un article antimilitariste qu’il avait publié dans Le Conscrit.

De Brouckère ne cessera, sa vie durant, de collaborer au Peuple, dont il a été le rédacteur en chef et le directeur. En 1914, malgré ses 44 ans, il s’engage dans l’armée belge. Au Havre, Émile Vandervelde, ministre de l’Intendance, lui confie la direction de son cabinet. De Brouckère a été conseiller communal de Bruxelles, de 1898 à 1904, conseiller provincial du Brabant de 1900 à 1906, conseiller du gouvernement de 1919 à 1921, sénateur de 1925 à 1932.

Il représentera la Belgique à de nombreuses conférences internationales et à la SDN (Société des Nations). Professeur à l’Université nouvelle et à l’Université libre (U.L.B.) de Bruxelles, membre de l’Académie royale (1934), il est nommé ministre d’État en 1945. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, à Londres, il avait assumé la vice-présidence du Comité belge pour les problèmes d’après guerre.De Brouckère s’était également opposé à Henri De Man et au « Plan de travail » de celui-ci. De Man parlait d’ailleurs de lui comme étant « une espèce de conscience

Source : L’encyclopédie virtuelle et libre Wikipedia à l’adresse suivante :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_de_Brouck%C3%A8re

SITUATION GEOGRAPHIQUE :

PLAN_DE_BROUCKERE

Coordonnées Google map

https://www.google.be/maps/place/Rue+Louis+de+Brouck%C3%A8re,+7160+Chapelle-lez-Herlaimont/@50.4981281,4.2905952,17z/data=!3m1!4b1!4m2!3m1!1s0x47c23172a0474b8b:0x1f3f499649e32bf7?hl=fr

Pour rappel : Cette chronique est destinée à honorer les personnages célèbres qui ont une rue/avenue/lieu-dit à leur nom dans notre belle commune.

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELLE-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com)
  • Internet

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – 8

Rue du Docteur César DE PAEPE.

PLAQUE_CESAR_DE_PAEPE

 

 

 

 

César DE PAEPE est un grand homme politique belge. Il est né à Ostende le 12 juillet 1841 et mort à Cannes le 19 décembre 1890. Il était docteur en médecine, sociologue et homme politique belge. Homme d’œuvres, il fut aussi un militant du rationalisme et de la libre-pensée.

Disciple de Proudhon, il critique le capitalisme, la division du travail et le développement du machinisme qui provoquent la détérioration des conditions d’existence des ouvriers.

PHOTO_CESAR_DE_PAEPE

Il a représenté les socialistes belges à l’association internationale des travailleurs.

Le parti socialiste belge, créé en 1885, lui doit sa première dénomination : Parti ouvrier belge, en abrégé POB .

En 1887, il fonde à Bruxelles la première école d’infirmières ouverte en Belgique.

Mort de la tuberculose à l’âge de 48 ans, il est enterré au cimetière de Bruxelles.

Une clinique mutuelliste bruxelloise et des rues portent son nom (Charleroi, région de Mons…).Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9sar_De_Paepe

SITUATION GEOGRAPHIQUE :

Cette rue est dans le prolongement de la rue Solvay et commence au carrefour formé avec les rues de la Station et du Parc, pour se terminer rue de la Hestre.

PLAN_RUE_CESAR_DE_PAEPE

Coordonnées Google map

https://www.google.be/maps/place/Rue+C%C3%A9sar+de+Paepe,+7160+Chapelle-lez-Herlaimont/@50.46813,4.2794868,17z/data=!3m1!4b1!4m2!3m1!1s0x47c230e65b6445a7:0xf895f6a8bc9cba19?hl=fr

 

Pour le férus d’histoire, voici le meilleur résumé de sa vie et de son œuvre qui se trouve dans les archives du journal « LE SOIR », :

http://archives.lesoir.be/cesar-de-paepe-et-l-actualite-de-son-message-un-centena_t-19901218-Z03EPZ.html

En voici le texte.

Mardi 18 décembre 1990

César De Paepe et l’actualité de son message

Ce 19 décembre sera commémoré le 100e anniversaire du décès de César De Paepe.

Si ce nom est aujourd’hui, surtout dans le Brabant, présent à l’esprit, c’est en fonction des institutions, cliniques et polycliniques, qui portent son nom. Pourtant, César De Paepe mérite d’être mieux connu.

Né à Ostende en 1841, d’un père fonctionnaire et d’une mère institutrice, il rejoindra ses parents à Bruxelles à 12 ans, après avoir été élevé par sa grand-mère à Hamme.

D’un caractère insoumis, après des études moyennes au collège Saint-Michel, il s’inscrira à l’Université libre de Bruxelles où il tentera de décrocher un doctorat en droit.

C’est pendant son séjour de deux ans à l’ULB qu’il commencera à militer au sein de divers mouvements politiques et de libre pensée.

Après une formation de typographe acquise sous la direction de Désiré Brismée, son futur beau-père, il mènera dans des conditions matérielles précaires des études en médecine qu’il terminera avec la plus grande distinction. Proche de Proudhon à l’origine de son action politique, César De Paepe évoluera, après l’échec de la 1re Internationale au congrès de La Haye en 1872, vers le marxisme.

Son évolution idéologique est représentative de l’ensemble du mouvement ouvrier belge de l’époque, où l’on retrouve l’influence proudhonienne, avec la primauté de l’individu et une pointe d’anarchisme, ainsi que l’influence marxiste dans la conception de l’ordre social et économique. Ceci se traduira plus tard, en 1894, dans la Charte de Quaregnon, rédigée par Émile Vandervelde, modèle d’équilibre et document toujours actuel du Socialisme démocratique. César De Paepe prit à son compte les idées de la révolution de 1848: démocratie, socialisme et rationalisme.

Engagé hors de nos frontières dans le cadre de la 1re Internationale, il participera au débat entre Bakounine et Marx en prenant parti pour ce dernier, avec dans sa foulée le mouvement ouvrier belge, mais en maintenant l’équilibre entre le socialisme étatique et l’anarchisme d’inspiration proudhonienne.

D’autre part, César De Paepe oeuvra intensément à l’organisation des travailleurs au sein d’un parti politique. Cette action débouchera sur la fondation en 1885 du Parti ouvrier belge, dont il est une des figures de proue.

Il est à noter que César De Pape sera, toute son existence, convaincu de la nécessité de la solidarité entre Flamands, Wallons et Bruxellois dans leur combat commun contre l’exploitation et l’intolérance.

Mais au-delà du militant politique et du libre penseur, on retrouve chez lui l’homme qui désire faire coïncider son existence quotidienne avec son idéal. César De Paepe, médecin des pauvres, n’est pas une idéalisation du personnage.

Malgré le refus de la Commission des hospices de Bruxelles (ancêtre des CPAS) de l’engager, César De Paepe se consacrera au service des déshérités: il travailla souvent gratuitement, payant les médicaments de ses deniers. Il en négligea de se soigner lui-même et mourut de la tuberculose.

Sa conception de la médecine sociale reste une source d’inspiration pour le mouvement mutualiste et se situe aux antipodes de la dégénérescence mercantile dont le docteur Wynen s’est fait le chantre.

Pour César De Paepe, le droit à la santé était essentiel et se situe dans un contexte plus large d’émancipation sociale.

En conséquence, la Fédération des mutualités socialistes du Brabant a tenu à commémorer l’événement que constitue le centenaire de la disparition de César De Paepe, par l’organisation d’une exposition et l’édition d’un livre (1) qui évoqueront sa vie militante sur le plan politique et de la libre pensée, ainsi que son engagement comme médecin.

Par fidélité à son message et par volonté de poursuivre son combat.

(1) Exposition: du 20/12/1990 au 31/12/1991 à la Fédération des mutualités socialistes du Brabant, rue du Midi, 111, à Bruxelles de 9 à 17h. Le livre y sera en vente 350 F. Rens: 02-506.98.90.

_______________________

Pour rappel : Cette chronique est destinée à honorer les personnages célèbres qui ont une rue/avenue/lieu-dit à leur nom dans notre belle commune.

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELLE-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com)
  • Le livre du Docteur Roger DARQUENNE « Chapelle-lez-Herlaimont, son histoire, ses gens. »
  • Internet

 

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – 7

Rue du Docteur Hippolyte BARELLA.  PLAQUE_RUE_BARELLA

La rue du Docteur BARELLA, autrefois appelée rue Tripette, a été empierrée en 1852.

Le docteur en médecine Hippolyte BARELLA est né à Louvain le 27 août 1832 et décédé le 13 février 1902 à 70 ans. Son père était Suisse-italien et Hippolite obtint la naturalisation belge en 1841.

Il a obtenu son diplôme de médecine à l’UCL en 1861 spécialités: chirurgie et accouchement. Après quoi il a exercé son métier pendant 7 ans. A l’issue de cette période, il a été nommé médecin du charbonnage de Bascoup en 1868, date de son installation à Chapelle.

Il fait partie des membres fondateurs de la Société royale de médecine publique et de topographie médicale de Belgique.

Ses travaux étaient principalement orientés vers l’hygiène publique, la sociologie et la médecine légale.

Il a également été membre effectif de la célèbre Société des sciences et des lettres du Hainaut.

Sur le  plan politique, il a milité dans les rangs libéraux et a été un défenseur vigilant de l’enseignement officiel.

Le 1er juillet 1872 il a été élu Conseiller communal ;

Le 15 octobre de la même année, il a été échevin de l’instruction publique pour être nommé bourgmestre par arrêté royal du 13 août 1874. Il le restera jusqu’en 1895, succédant à François DEVILERS. C’est Augustin ROBERT qui lui a succédé au mayorat.

 

Le docteur BARELLA figure  dans l’encyclopédie virtuelle et libre Wikipedia à l’adresse suivante :

http://wiki.arts.kuleuven.be/wiki/index.php/Barella,_Hippolyte_(1832-1902)

 

Il a publié quelques livres académiques dont plusieurs titres figurent dans le site suivant :

http://www.amazon.fr/Hippolyte-Barella/e/B00JRG22JA

 

Pour la petite histoire :

C’est sous le mayorat de BARELLA que fut votée la gratuité absolue de l’enseignement primaire.

SITUATION GEOGRAPHIQUE :

 PLAN_BARELLA

Les rues surlignées en jaune sont les seules attribuées aux bourgmestres de Chapelle.

 

Coordonnées Google map

https://www.google.be/maps/place/Rue+Barella,+7160+Chapelle-lez-Herlaimont/@50.471716,4.2827831,16z/data=!4m2!3m1!1s0x47c230e3f97369c5:0x4ff04ce619acfefd?hl=fr

Pour rappel : Cette chronique est destinée à honorer les personnages célèbres qui ont une rue/avenue/lieu-dit à leur nom dans notre belle commune.

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELLE-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com)

  • Le livre du Docteur Roger DARQUENNE « Chapelle-lez-Herlaimont, son histoire, ses gens. »

  • Internet

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – GODARVILLE – 6

La rue Clémenceau à Godarville.

PLAQUE_CLEMENCEAU

Le nom de cette rue a une connotation internationale car il s’agit d’un personnage célèbre de l’Histoire de France.

Georges Benjamin Clémenceau est né à Mouillerons-en-Pareds (Vendée-France) le 28  octobre 1841 et est décédé à Paris le 24 novembre 1929 soit à 88 ans. Médecin de formation, il entre dans la carrière politique à la chute du second Empire. Après les journées révolutionnaires de septembre 1870, il devient maire du 18e arrondissement de Paris.

Député radical en 1871, il est élu à l’Assemblée nationale en 1876. Surnommé le « tombeur de ministères » après la chute du ministère Gambetta en 1882 et Ferry en 1885, il soutient la candidature de Boulanger au ministère de la Guerre mais il dénonce ses prétentions à la dictature. Il prend fait et cause pour Dreyfus. Compromis quelque peu dans l’affaire du scandale de Panama, il est battu aux élections de 1883.

Elu président du Conseil et nommé ministre de l’Intérieur en 1906, il entreprend des réformes sociales mais réprimé néanmoins des troubles sociaux et rompt avec les socialistes. En 1917, à nouveau au premier rang de la politique, il se consacre à la conduite de la première guerre mondiale. La France l’appelle désormais le «Tigre » tant son acharnement à vaincre est grand.

Il est également un des Signataires du traité de Versailles en 1919.

Georges_Clemenceau_Imag1396

https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Clemenceau

Situation géographique :

La rue Clémenceau joint la rue de la Réserve à la rue de la Libération à GODARVILLE.
Pour information  le « Domaine de « Claire-Fontaine » est situé au numéro 11 de cette rue.

PLAN_RUE_CLEMENCEAU

Pour la petite  histoire :

1° – Avant 1919, cette rue portait le nom de la rue du Marais et initialement rue A. Hotaux. L’engouement des populations des grandes figures nationales ou étrangères a souvent été une invitation malheureuse à changer le nom des rues et laisser ainsi tomber dans l’oubli définitif le souvenir de personnages qui ont marqué la vie locale. En conséquence de quoi, M. A. Hotaux fera l’objet d’une parution ultérieure.

2 –  La France a honoré son grand homme de différentes façons. La plus célèbre étant un porte-avions qui porte son nom. Ce dernier  est resté en service du 22 novembre 1961 au 1er octobre 1997.

Porte-avions_Clemanceaujpg

https://fr.wikipedia.org/wiki/Clemenceau_(porte-avions)

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELLE-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com)

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – 5

La rue Augustin Robert.

PLAQUE_AUGUSTIN_ROBERTPLAQUE_RUE_ROBERT2

Anciennement la rue Robert portait le nom de « rue Neuve » et a été ouverte lors de la construction de l‘Hôtel de ville, vers 1890.

Augustin Robert, est né à Chapelle le 11 novembre 1844 d’un père machiniste à Bascoup et d’une mère ménagère, et y est décédé le 2 février 1915.

Le 28 août 1869 il est diplômé de l’Ecole des Mines à Mons. Dès le 1er septembre il est ingénieur du fond au puits n° 4 ; en 1872 il passe à Sainte Catherine et participe aux travaux d’enfoncement des puits numéros 5, 6 et 7.

Membre du parti libéral, conseiller communal en 1878, échevin en 1988, bourgmestre par A.R. du 2 mars 1896 jusqu’à son décès en 1915. C’est le Docteur Alfonse Victor Briart qui lui a succédé à la tête de la Commune.

En 1889, Augustin Robert a fondé une mutualité libérale « Les Amis de la Liberté ». Il a poursuivi  la politique  des grands travaux de voirie et d’hygiène publique commencé sous Hippolyte Barella. (Son prédécesseur au mayorat).

Il a également fait construire les écoles des rue Solvay, Pastur et Sainte Catherine.

Augustin Robert a mené une vie professionnelle harassante, doublée d’une intense activité politique toute entière vouée au parti libéral et à la défense des intérêts de R. Warocqué.

il a reçu , par A.R. du 27 avril 1905, la médaille civique de première classe (chevalier de l’ordre de Léopold) pour son dévouement à la chose publique,

SITUATION GEOGRAPHIQUE :

PLAN_RUE_ROBERT

Coordonnées Google map

https://www.google.be/maps/@50.4716564,4.2806667,18z?hl=fr

Pour la petite histoire :

L’avaleresse[1] du puit n° 7 est particulièrement difficile et durera près de 8 ans. Elle est interrompue par un éboulement important qui a donné lieu à une publication de l’ingénieur Robert : «  Note sur l’éboulement du puits n°7  de la Société charbonnière de Bascoup et sur sa réparation en 1900-1901 ».

Pour rappel : Cette chronique est destinée à honorer les personnages célèbres qui ont une rue/avenue/lieu-dit à leur nom dans notre belle commune.

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE
  • CHAPELLE-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com) et
  • Le livre du Docteur Roger DARQUENNE « Chapelle-lez-Herlaimont, son histoire, ses gens. »

[1] Définitions Web

Dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, une avaleresse est un puits de mine qui n’a pas permis l’exploitation de la fosse. …

http://fr.wikipedia.org/wiki/Avaleresse

 

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – PIETON – 4

Rue du Père Dominique PIRE à Piéton.

CitationPire1-300x185

Voici le Père Pire représenté en regard d’une de ses célèbres citations qui  démontre clairement son attachement pour la Paix. Ce qui lui a valu le prix Nobel du même nom  en 1958.

Le Père Dominique Pire (Georges Charles Clément Ghislain Pire), né à Leffe, près de Dinant en Belgique, le 10 février 1910 et décédé à Louvain, Belgique, le 30 janvier 1969 est un prêtre et religieux dominicain belge qui reçut le Prix Nobel de la paix en 1958 pour son travail en faveur des réfugiés après la Seconde Guerre mondiale.

Source Wikipedia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Pire

Un institut bruxellois a choisi de porter son nom en son honneur .

Voici un extrait de la page d’accueil de site de cette A.S.B.L .

Site : http://www.institutdominiquepire.be/

L’Institut Dominique Pire est une Association Sans But Lucratif dont le siège social est établi au 6-14 de la rue De Lenglentier à 1000 Bruxelles.

Historiquement, L’institut Dominique Pire (IDP) est né le 9 mai 1996 de la fusion de trois écoles : une école secondaire (l’Institut Saint-Thomas) et deux écoles d’infirmières (Saint-Pie X – Sainte-Camille d’une part et Sainte-Anne – Saint-Ignace d’autre part). Le nom que les représentants de ces trois écoles ont choisi pour la nouvelle entité est celui du père Dominique Pire, un prêtre dominicain belge (1910-1969), fondateur du projet de développement « les îles de paix ».

Le pouvoir organisateur de l’Institut Dominique Pire est affilié au Secrétariat général de l’enseignement catholique (Segec – www.segec.be).

Situation géographique : 

PLAN_RUE_PIRE

Pour la petite histoire :

La rue Dominique PIRE a été nommée ainsi lors de la fusion des Communes en 1977. Auparavant elle se nommait rue de la Paix.

Il est intéressant de constater que cette rue est l’une des trois seules rues de Piéton qui ne concerne pas directement des héros/victimes des deux grandes guerres mondiales du 20ème Siècle.

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELL E-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com) et
  • Le livre du Docteur Roger DARQUENNE « Chapelle-lez-Herlaimont, son histoire, ses gens. »
  • Internet.

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – GODARVILLE – 3

Rue Jules Destrée à GODARVILLE.
C’est le Conseil communal de Godarville réuni le 16 mars 1936 qui décida que « la rue dénommée rue de la Liberté sera appelée rue Jules Destrée.

PLAQUE_DESTREE  Jules_Destrée

Jules Destrée est né à Marcinelle en 1863 et décédé à Bruxelles en 1936. Homme politique et écrivain, député socialiste de Charleroi jusqu’à sa mort, ministre des Sciences et des Arts après la première guerre mondiale, il fut à ce titre le fondateur de l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique. Militant socialiste, il se dépensa par la plume et la parole en faveur de la classe ouvrière.

Sa « lettre au Roi » (Albert 1er) sur la séparation administrative  de la Flandre et de la Wallonie  (1912) eut un énorme retentissement. Son action entraîna la réunion de l’Assemblé Wallonne de 1912 et le choix du coq comme emblème.

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous aurez accès à un site qui publie l’intégralité de cette lettre.

http://www.histoire-des-belges.be/au-fil-du-temps/epoque-contemporaine/lettre-au-roi-sur-la-separation-de-la-wallonie-et-de-la-flandre

Afin d’avoir une idée précise de la pensée de M. Jules Destrée, Il est conseillé de lire l’article jusqu’à la dernière ligne. Voici pourquoi :

 » Mais, quelques années plus tard …

Pendant la Première Guerre mondiale, Jules Destrée s’est rendu compte que tant les Wallons que les Flamands défendaient leur patrie commune. Il s’est alors fait le défenseur de l’unitarisme.

C’est ainsi qu’en mai 1916, il publia dans l’hebdomadaire français « La Grande Revue » un article dans lequel il affirmait que : »

 Les Belges ont manifesté une volonté de vivre en commun, une volonté de liberté et d’indépendance […] Ainsi la Belgique est une nation, indestructible”.

Le site Wikipedia nous donne également d’intéressants renseignements au sujet de ce grand homme politique :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Destr%C3%A9e

SITUATION GEOGRAPHIQUE :

Coordonnées GOOGLE :
https://www.google.be/maps/search/chapelle+%C3%A0+proximit%C3%A9+de+Rue+Destr%C3%A9e,+Chapelle-lez-Herlaimont/@50.4937657,4.2858286,17z?hl=fr

PLAN_RUE_JULES_DESTREE

Pour la petite histoire il faut savoir qu’avant la fusion des communes de 1977, la rue du Parc à Chapelle portait également le nom de rue Destrée.

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELL E-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com) et
  • Le livre du Docteur Roger DARQUENNE « Chapelle-lez-Herlaimont, son histoire, ses gens. »

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE À LEUR NOM A CHAPELLE – 2

Rue du Docteur Alphonse Victor BRIART.

 PLAQUE_RUE_DU_DOCTEUR_BRIART

La rue du Docteur BRIART a été ouverte en 1893 au moment où naît le quartier de l’Hôtel de Ville.

Le Docteur en médecine Alphonse Victor  BRIART est né à Chapelle-lez-Herlaimont le 18 novembre  1864 et y est décédé le 21 juin 1936. Il a obtenu son diplôme à  l’ULB en 1890.

Il fut successivement conseiller communal (Le 1er février 1896), échevin de l’instruction publique, député libéral et bourgmestre de Chapelle en 1915, succédant au bourgmestre libéral Augustin ROBERT qui s’est également vu attribuer un nom de rue à Chapelle. Il terminera sa carrière politique comme député libéral de Charleroi-Thuin de 1925 jusqu’à son décès (1936)

En 1921 c’est M. François LAMARCHE qui lui a succédé au mayorat. Ce qui marquera la fin d’une majorité libérale à Chapelle depuis 1839.

Le Docteur en médecine Alphonse Victor BRIART est aussi le fils du grand géologue Alphonse BRIART dont le nom est attribué à la rue perpendiculaire à celle de son fils. Son frère aîné Edmond Albert (né en 1856) a suivi les traces de son père et est devenu un ingénieur célèbre dans la région.

Nous constatons aussi que les rues Alphonse BRIART et Docteur BRIART se rejoignent au même carrefour, l’avenue François LAMARCHE n’en étant séparée que par la place de l’Hôtel de Ville.

Pour la petite histoire, il faut savoir que le Docteur BRIART a eu une fille qui a épousé le Notaire RASQUIN, bien connu dans notre commune.

Ce médecin au grand cœur s’est distingué par une générosité sans limites. La misère de la classe ouvrière le bouleverse : au moindre appel, il abandonne ses honoraires pour acheter de la viande aux malades, donne ses propres vêtements, même neufs. Sa grande popularité lui vaut d’être élu conseiller communal libéral aux élections de 1895.

Le Docteur BRIART figure également dans l’encyclopédie virtuelle et libre Wikipedia à l’adresse suivante :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alphonse_Briart

SITUATION GEOGRAPHIQUE :

PLAN_DR_BRIART

Coordonnées Google map

Cliquez pour Google map.

Pour rappel : Cette chronique est destinée à honorer les personnages célèbres qui ont une rue/avenue/lieu-dit à leur nom dans notre belle commune.

 

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELL E-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com) et
  • Le livre du Docteur Roger DARQUENNE « Chapelle-lez-Herlaimont, son histoire, ses gens. »

LES HOMMES CÉLÈBRES QUI ONT UNE RUE A LEUR NOM A CHAPELLE – 1

Cette chronique est destinée à mieux connaitre les personnages célèbres qui ont une rue/avenue/lieu dit  à leur nom dans notre belle commune.

Nous commencerons par l’avenue  LAMARCHE.

Cette avenue fut créée en 1951. Elle relie la place de l’Hôtel de ville à la N.59
LAMARCHE_PL_RUE

Monsieur FRANÇ0IS LAMARCHE est né à Chapelle le 17 novembre 1879 et décédé le 11 septembre 1949. Ajusteur de son métier, il fut élu conseiller communal socialiste en 1907 et fut nommé bourgmestre de notre commune le 19 août 1921. Il le restera jusqu’en 1947 (démission pour maladaie) , sauf pendant la 2ème guerre mondiale où un maïeur rexiste ,  Alexandre Want est imposé à la commune par les allemands.  Cela malgré une opposition farouche du Collège et du Secrétaire communal, Monsieur Gustave Dewilde.
Le 2 septembre 1944 il retrouvera ses fonctions à l’occasion de la libération de la commune par les américains.

Pour la petite histoire, Alexandre Want était un rexiste originaire d’Auvelais et fabricant de chaussures à Houdeng, . Il était évidemment  peu apprécié et  fit même poster un garde armé devant sa porte par crainte de se faire tuer.

François LAMARCHE a laissé un excellent souvenir aux habitants de Chapelle qui ont érigé une plaque commémorative en son honneur dans le hall d’entrée de notre maison communale.LAMARCHE_PL_COMMEMORATIVE

Sources :

  • La publication  »A la découverte des rues et chemins de Chapelle – Godarville – Piéton. » édité  par le CERCLE D’HISTOIRE ET DE FOLKLORE DE CHAPELL E-GODARVILLE-PIÉTON (M. Albert TAMINIAUX  – Tél : 064 /44.24.89 – Courriel : taminiaux.albert@gmail.com) et
  • Le livre du Docteur Roger DARQUENNE « Chapelle-lez-Herlaimont, son histoire, ses gens. »